Allo.

Bienvenue! Ici on parle surtout de bouffe, de style, de la vie à la maison... J'espère que vous vous plairez!

Devriez-vous arrêter de manger du gluten?

Devriez-vous arrêter de manger du gluten?

Disons-le d’emblée, je ne vais pas répondre à cette question pour vous. Je voulais simplement faire un petit point sur cette question épineuse (et controversée) et amener des pistes de réflexion.

Je ne suis pas une experte, simplement quelqu’un qui s’intéresse énormément à la bouffe, gagne sa vie en écrivant sur le sujet depuis des années, fait beaucoup de recherche là-dessus et… est maintenant aux prises avec des problèmes de digestion qui ont pris de plus en plus de place dans ma vie, bien malgré moi.

Comme pour tout ce que vous lisez en ligne, rappelez-vous que des témoignages demeurent anecdotiques et “ne prouvent” ou ne confirment rien. Même si s’informer plus là-dessus est toujours intéressant, je vous recommande de consulter si quelque chose ne va pas au lieu de vous fier à “Dr. Google”!


Le gluten : ami ou ennemi?

C’est quoi au juste du gluten? C’est une protéine contenue dans le blé, mais aussi (parfois en quantité un peu moindre) dans d’autres céréales : le seigle, l’épeautre et l’orge. L’avoine ne contient naturellement PAS de gluten. Par contre, pour les personnes chez qui la moindre trace fait une différence, c’est important d’acheter de l’avoine “certifiée” sans gluten quand même. Pourquoi? L’avoine est souvent cultivée en rotation dans les mêmes champs que le blé, donc elle peut en contenir une quantité résiduelle!

C’est le gluten qui rend le pain élastique et aérien et lui donne cette texture si agréable que tout le monde aime tant! C’est aussi une protéine difficile à digérer pour certaines personnes et… dans certains cas, qui peut poser un réel danger. Certaines personnes ont des gènes qui empêchent l’absorption du gluten, pouvant mener à des carences alimentaires. Certaines personnes ont une sensibilité qui arrive graduellement ou tout d’un coup. Certaines personnes développent une réaction immunitaire systématique qui attaque les cellules de l’intestin… Ça peut être très sérieux!

Il ne faut donc pas voir que le gluten est “mauvais”… Parce que si vous n’y réagissez pas (et que vous mangez une variété d’aliments entiers), c’est génial pour vous! (Honnêtement, du bon pain avec du bon beurre, c’est ce que j’aime le plus au monde). Il y a beaucoup de sources qui disent que c’est un “poison” et je crois personnellement que c’est largement exagéré.

Mais je ne crois pas non plus que ça devrait être la base de notre alimentation! C’est plutôt là que je vois le problème : dans le fait que la diète standard nord-américaine soit si axée sur les produits qui contiennent du gluten, plutôt que dans le gluten lui-même.

Le problème avec le discours prévalent actuel

Je trouve ça super désolant, mais souvent, le discours “scientifique” officiel sur le gluten manque vraiment de nuances… À savoir que les personnes qui coupent le gluten de leur alimentation et/ou qui ont réalisé qu’en manger moins les faire sentir mieux sont souvent un peu ridiculisées. On roule les yeux face à cette “mode” ou ce “caprice” et on le voit comme faisant partie d’une stratégie pour… je ne sais pas, se rendre intéressant?

Ce discours officiel ressemble souvent à quelque chose comme “À moins que vous ayez un diagnostic de maladie céliaque (1 % de la population), vous n’avez pas besoin de couper le gluten et vous pouvez manger tout à fait normalement!”

Je vois quelques problèmes avec cette affirmation :

  1. Même sans nécessairement cibler M. et Mme Tout-le-monde, il existe PLUSIEURS autres conditions qui font réagir fortement les gens au gluten/au blé, et certainement pas seulement la maladie céliaque (qui est la plus sévère). Il y a aussi, juste vite comme ça : le syndrome du colon irritable, le SIBO (accumulation de bactéries dans l’intestin grêle -alors que celles-ci devraient plutôt se concentrer dans le colon-) et l’intolérance aux glucides. (Ce n’est pas une invention en passant, c’est une réelle condition qui rend les gens incapables de bien digérer et d’absorber les nutriments de certains aliments spécifiques).

  2. La maladie céliaque, ce n’est pas nécessairement quelque chose avec lequel on naît… Ça peut très bien se développer avec le temps et avec l’âge. Et la très grande majorité des gens qui l’ont ne le savent pas.

  3. Conseiller aux gens de “manger normalement,” pour beaucoup, beaucoup de personnes, ça veut dire manger pratiquement seulement du gluten toute la journée. Dans le sens que c’est tellement facile de manger des toasts pour déjeuner, un sandwich le midi et des pâtes le soir… Tous les jours ou presque! Depuis que j’ai remarqué ma sensibilité au blé, je me suis rendue compte d’à quel point cette unique céréale est à la base de TOUTE notre culture alimentaire. Ça… ne peut pas être ça le message “santé” officiel???

  4. Les aliments les plus répandus qui contiennent du gluten, soit le pain, les pâtes, les craquelins et les pâtisseries, sont tous faits de farine blanche transformée, à laquelle on a enlevé la valeur nutritive, puis ajouté pas mal de sel ou de sucre. Résultat : une diète très inflammatoire et pauvre en nutriments… Il me semble, encore une fois, que ça n’a pas de sens que ce soit ça la recommandation?

Je comprends bien que très peu (pas?) d’études ont jusqu’à date prouvé les bienfaits d’un régime “sans gluten” pour M. et Mme Tout-le-monde… Entre autres parce que c’est le genre de choses qui est super difficile (voire impossible) à prouver hors de tout doute pour l’ensemble de la population? Je crois fermement en effet qu’il n’existe pas UNE SEULE alimentation qui convienne à tout le monde, ce serait insensé, avec les différents types métaboliques et les spécificités de chacun. Je voudrais clairement dire que je suis pro-science ici… Mais que le fait que ce ne soit pas prouvé ne veut pas non plus dire que ce n’est pas un facteur important et réel dans le quotidien de certaines personnes?

Et je comprends aussi très bien que sans étude solide, les médecins et autres spécialistes peuvent difficilement “endosser” une alimentation sans gluten. C’est correct! Mais il pourrait quand même exister un genre d’entre-deux? L’autre jour à la radio j’ai entendu une neurologue spécialiste des migraines expliquer que même si elle ne pouvait pas recommander à ses patients de couper le gluten ou inclure ça dans son protocole… Elle avait beaucoup de ses patients qui revenaient en suivi et qui affirmaient qu’ils avaient des résultats très probants après avoir coupé le gluten d’eux-mêmes. Et au lieu de les faire sentir mal pour ça, elle les croyait, elle les appuyait et elle continuait de s’intéresser de près au phénomène en attendant que la science progresse. Ça m’a tellement fait du bien d’entendre ce discours venant d’une professionnelle de la santé…

J’ai trouvé qu’elle faisait preuve de beaucoup d’empathie, de pragmatisme et d’ouverture. C’est tout. Et pour une personne qui souffre et qui cherche désespérément ce qui ne va pas, c’est fantastique de se sentir ainsi appuyé plutôt que simplement traité avec une certaine condescendance.

Le gluten… ou autre chose?

Si vous avez remarqué que quelque chose se passe lorsque vous mangez du pain ou des pâtes par exemple, la première chose à réaliser est que… ce n’est pas nécessairement la faute du gluten!

Le blé peut également faire réagir une personne pour d’autres raisons! Ne serait-ce que les FODMAPS. Vous ne connaissez pas cet acronyme? Il regroupe un ensemble de glucides naturellement plus difficiles à digérer pour l’humain, mais faisant réagir certaines personnes beaucoup plus que d’autres. La particularité de ces aliments, c’est que chez certaines personnes ils fermentent dans le système digestif, causant ainsi toutes sortes de problèmes gastro-intestinaux.

Et parmi ceux-ci, le O veut dire “oligosaccharides”, une famille d’aliments qui inclut le blé (spécifiquement, qui contient des “fructanes”). Dans la population générale, la sensibilité aux FODMAPS, c’est-à-dire les glucides, est probablement pas mal plus répandue que la sensibilité au gluten, c’est-à-dire à la protéine! Mais pourtant ce fait est beaucoup moins connu que tout ce qui tourne autour du “sans gluten”…

Donc avant d’opter pour un régime sans gluten, faites au moins différents tests, entre le blé et d’autres céréales qui contiennent du gluten. La céréale qui remplace le plus facilement le blé : l’épeautre (voici mes recettes de pain maison, de pâte à pizza et de pain aux bananes). Trouver du pain à l’épeautre (ou au seigle, mais attention de vérifier qu’il n’y a pas aussi de la farine de blé dans les ingrédients) ou encore des pâtes à l’épeautre est facile et il n’y a pas vraiment de différence sur le goût et la texture. (Si vous n’en trouvez pas au rayon habituel, allez faire un tour au rayon bio à l’épicerie). Si vous ne réagissez pas à l’épeautre, c’est peut-être un indice que le gluten n’est pas nécessairement en cause. (Dans mon cas, si je mange du pain de blé le matin = rien ne va plus. Mais si je mange des craquelins de seigle = ça passe bien).

Une autre raison de ne pas arrêter de manger du gluten sans supervision

Vous avez remarqué que manger moins (ou pas) de gluten/de blé vous faire sentir mieux -même si vous savez que vous n’avez pas la maladie céliaque? Je vous crois! C’est mon cas aussi. À plusieurs, plusieurs niveaux : gatro-intestinal, mais également du point de vue de mon énergie, de mon équilibre mental (anxiété et tendances dépressives), de ma capacité à me concentrer, de ma forme physique, etc.

(Est-ce qu’il y a une part d’effet placébo là-dedans? C’est possible et je ne le nie pas. Mais je ne comprends pas pourquoi, d’une façon ou d’une autre, l’effet placébo est vu comme quelque chose de négatif/de risible? Au contraire! S’il y a une part de ça, c’est génial, c’est exactement ce qu’on veut -prendre les moyens de se sentir mieux et d’améliorer son état, gratuitement, sans médicaments et même de manière plus ou moins consciente? Sign me up!)

Sauf que si vous allez chez le médecin pour vous faire tester, c’est vraiment important de continuer à manger au moins un peu de gluten en attendant… Parce que sinon cela pourrait fausser les résultats de vos tests, ce qui pourrait allonger et compliquer le processus permettant de trouver ce qui ne va pas et de régler le problème. Pensez-y!

C’est également important de considérer l’ensemble de votre alimentation si vous coupez le blé et/ou le gluten. Assurez-vous de ne pas manquer de fibres ou de certaines vitamines comme la B9 par exemple. Aucun changement à l’alimentation ne devrait être pris à la légère!

Soyez certains de votre affaire et… ne vous sur-compliquez pas la vie!

Une alimentation sans gluten ne veut certainement pas dire une alimentation “santé”, c’est important de comprendre ça! Il existe plein d’aliments transformés “sans gluten”, qui sont faits à base de d’autres types de farines très raffinées et qui en plus, coûtent 4 fois le prix. Même avec une alimentation “sans gluten,” je pense que l’idéal n’est pas de remplacer tous les produits que vous consommez déjà par des versions sans gluten préparées, mais plutôt de réapprendre à manger autrement, en privilégiant les aliments entiers et sans nécessairement faire des produits céréaliers la base de l’alimentation.

Mais par contre, c’est vraiment important de savoir si vous avez réellement besoin de couper TOUT le gluten de votre alimentation ou non. Parce que pour beaucoup de gens, ce n’est probablement pas nécessaire! Ce qui est différent avec la maladie céliaque (et c’est pour ça qu’on met toujours l’emphase là-dessus quand on parle d’alimentation “sans gluten”), c’est QU’AUCUNE QUANTITÉ N’EST TOLÉRÉE. L’équivalent d’une graine de chapelure de pain pour une personne céliaque peut provoquer une attaque auto-immunitaire en règle, causant des lésions sérieuses à la paroi de l’intestin.

Il va sans dire que vivre ainsi, c’est comme avoir constamment une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Chaque sortie au resto est compliquée et angoissante, chaque repas dont vous ne connaissez pas la provenance exacte de 100 % des ingrédients est potentiellement dangereux. EN PLUS du simple fait que c’est une alimentation complètement à contre-courant de la diète standard nord-américaine.

Par contre, si c’est une question de “sensibilité” au gluten ou encore de FODMAPs/d’autre problème digestif, vous n’avez peut-être (ou plutôt probablement) PAS à vous soumettre à un tel stress. Parce que ce n’est vraiment pas si “noir sur blanc” dans ce cas. Il y a probablement des aliments qui passent un peu mieux que d’autres (du pain blanc = NON mais du pain de blé entier au levain = pas si pire) ou même des contextes ou ça passe un peu mieux que d’autres.

C’est souvent aussi une question de dosage : si manger la moitié d’une baguette lors d’une fondue au fromage vous met à l’envers pendant deux jours, manger une petite tranche avec du beurre (et l’apprécier pleinement) peut peut-être passer à l’occasion. Ou encore que peut-être qu’une grosse portion de pâtes au blé ne fonctionne pas du tout, mais que vous n’avez pas besoin de retourner votre assiette au restaurant si elle arrive avec un peu de chapelure sur le dessus. Faites différents tests, prenez des notes au besoin et soyez bien conscient des messages que votre corps vous envoie!

Bonne St-Patrick!

Bonne St-Patrick!

Macaroni au fromage et bacon extra-croustillant

Macaroni au fromage et bacon extra-croustillant

0