Allo.

Bienvenue! Ici on parle surtout de bouffe, de style, de la vie à la maison... J'espère que vous vous plairez!

Vivre pour le 90 %

Vivre pour le 90 %

Il y a quelques années, quand je gérais plusieurs grosses pages Facebook comme celles de Muramur, de Viteunerette (maintenant Fraichement Pressé) et de Canal Vie, une réalité avec laquelle je n’étais pas du tout familière m’est sautée au visage. Je vous explique.

Chaque fois que je présentais quelque chose d’esthétique pour la maison, disons un bel objet décoratif, une baignoire immense, des armoires ouvertes dans une cuisine ou même une fois un batteur sur socle Kitchen Aid, le réaction générale de la communauté me surprenait beaucoup. À savoir, une variation de “Ho non… Trop de trouble pour nettoyer/époussetter ça”.

Ça me surprenait parce que d’abord, c’était juste une belle image sur un réseau social, pour faire rêver, pour “mettre du beau” dans la journée des gens, et pas, tsé… une invitation directe à refaire sur-le-champ leur propre cuisine? Ça me surprenait aussi parce que jamais de toute ma vie je n’ai considéré cet aspect (le ménage) comme un facteur relié à mon milieu de vie, que ce soit par exemple pour changer ou acheter un objet/pour choisir un matériel/pour effectuer des rénovations, etc. Et est-ce que ça veut tout simplement dire que je mène une vie privilégiée? Oui, définitivement. Mais ça va aussi un peu plus loin que ça.

Très peu de choses sont 100 % parfaites…

À la longue, ça m’a tout simplement fait réfléchir… Sur le fait que je voyais souvent les choses différemment de la plupart des gens (et ce n’est pas surprenant). Que pour moi entre autres, m’entourer de beauté et d’harmonie, c’est primordial. Et ce n’est pas superficiel; ça me fait réellement du bien à l’âme et c’est important pour le maintien de mon équilibre. C’est tellement ancré en moi que dans mon univers, ça va de soi -les considérations pratiques comme faire le ménage ne sont même pas présentes! Parce que tout ce qui m’importe (ou presque, il y a des exceptions), c’est la joie et la paix intérieure que peut m’apporter mon environnement. Même si ça fait de la poussière?

Je le sais que c’était juste des commentaires sur Facebook, mais ça m’a aussi fait réfléchir sur le fait suivant : dans notre société, on marche beaucoup en fonction des “exceptions”. C’est comme ça que je voyais ces commentaires… Dans une optique ou la réaction viscérale des gens, c’était en gros de se priver ou de mettre de côté quelque chose qui leur apporterait un petit bonheur 90 % (ou 95 %?) du temps, juste à cause du fait qu’il y a un 5 % du temps qui est moins l’fun -c’est-à-dire le temps d’époussetage.

Depuis que cette idée m’est venue en tête, je n’arrête pas de voir des exemples autour de moi. C’est comme si en tant que société on avait de la misère à considérer une situation qui n’est pas 100 % parfaite? Mais pratiquement rien n’est parfait à 100 %… Et je trouve ça drôle qu’on a souvent de la misère à considérer l’entre-deux d’abord, mais aussi à organiser quand même sa vie autour de la majorité des situations. Le 90 %, c’est ça : le chiffre peut varier, en fait. Ce peut être 75 % ou ce peut même être 97 % mais l’idée c’est que ça représente “une majorité vraiment claire”.

Des exemples de ça dans ma vie

Disons mon déo maison, que je fais depuis 3 ans. Je sais que plusieurs personnes ont peur de faire le “switch,” parce que… ben tsé personne n’a envie de sentir la sueur ni d’avoir des taches de sueur sur ses vêtements. I get that! Le déodorant, ça n’empêche pas de suer, après tout. Mais… parole de quelqu’un qui sue de façon tout à fait normale je crois (ni excessivement, ni très peu), ce n’est probablement pas un aussi gros problème que vous le croyez! En le testant, je me suis rapidement rendue compte qu’il faisait la job (et était même beaucoup plus efficace que tous les déos du commerce que j’ai essayé) très bien 90 % du temps. Le 10 %, c’est quoi? Ce que j’appelle les cas de force majeure : entrevues ou autres RV stressants, journées de canicule, occasions ou ce n’est JUSTE pas possible de suer même un petit peu. Qu’est-ce que je fais pour ces 10 %? Je mets de l’antisudorifique. Bien oui, j’ai encore un bâton à la maison. Ce n’est pas TOUT OU RIEN guys! Les deux peuvent co-exister, c’est pas plus compliqué que ça! Ça ne m’empêche pas d’apprécier grandement le déo (qui est plus naturel, qui ne contient pas d’aluminum, qui ne bloque pas les glandes, etc.) 350 jours par année.

Aussi : la coupe menstruelle. Je sais que beaucoup de filles hésitent à l’adopter parce que QU’EST-CE QUI ARRIVE S’IL FAUT LA CHANGER DANS UNE TOILETTE PUBLIQUE OMG? Le truc, c’est qu’on la change aux 12 heures. Donc le matin en se levant, puis disons le soir au souper. Alors ça va arriver combien de fois que vous allez vraiment devoir la changer dans une cabine de toilette publique? Moi en plus de 6 ans, c’est arrivé une fois. Et disons que c’était l’exception parmi les exceptions : c’est la nuit ou mon fils a été opéré d’urgence à Ste-Justine pour une appendicite aiguë. Et tsé, même si disons vous deviez la changer dans une toilette publique une fois de temps en temps et que ça ne vous tente pas : c’est correct! C’est possible d’avoir aussi des tampons/serviettes dans son armoire et de les utiliser une fois de temps en temps, ça se peut. Ça ne vous empêcherais probablement pas d’adorer votre Diva Cup, de payer vraiment moins cher pour cette “taxe féminine” qu’on n’a pas le choix de subir une fois par mois ET de réduire de beaucoup le volume de déchets reliés.

Mon auto électrique : j’en ai déjà parlé, mais avec tout au plus 135 km d’autonomie, mettons qu’elle ne me mène pas n’importe ou spontanément. Mais après environ 5 mois à vivre avec, je me rends compte à quel point, comme je l’avais prévu, cette distance correspond à la très grande majorité de mes déplacements. Tous? Ben non. 3 ou 4 fois j’ai pris l’auto de mon chum à la place, parce qu’avec ma Leaf, ça n’aurait pas fonctionné. Et c’est certain que ce n’est pas tout le monde qui a accès à une autre auto. Ou qui souhaite se rendre mettons au Saguenay en autobus ou en co-voiturage. Mais… Ce que je me dit c’est que ça vaudrait sûrement la peine au pire de louer une auto pour ces exceptions, ET pour l’empreinte écologique et pour l’économie $! Conduire une auto électrique 345 jours par année, c’est quand même beaucoup mieux que 0 jour par année, non?

D’autres exemples généraux

Avoir une chambre d’amis quand on reçoit des amis 2 fois par année ou moins. (Alternative : divan-lit, matelas gonflable, etc.) Cette pièce serait peut-être mieux utilisée autrement?

Avoir une table pour 12 personnes, quand on vit dans un petit espace et qu’on reçoit généralement une fois par année à Noël. (Alternative : Quand on reçoit justement, opter pour une formule différente, par exemple des bouchées?) Ce ne serait peut-être pas fou de reprendre l’espace pour la vie de tous les jours et de “dealer” avec l’exception?

Garder 12 serviettes, 24 assiettes etc. quand on vit à 2 ou à 4 dans une maison aux armoires qui débordent, pour les 2 fois par année ou on en a besoin…

Je n’ai pas vraiment de conclusion qui me vient en tête… À part d’essayer d’appliquer ce principe dans mon quotidien. C’est vraiment plus une constatation qu’autre chose! Mais je serais ravie de lire votre opinion sur le sujet!

Salade californienne de Noël

Salade californienne de Noël

Mon repas pré-course préféré

Mon repas pré-course préféré

0