Allo.

Bienvenue! Ici on parle surtout de bouffe, de style, de la vie à la maison... J'espère que vous vous plairez!

L'entraînement BodyBoss

L'entraînement BodyBoss

Alors oui, je cours. Ça fait deux ans que je n'ai pas fait de demi-marathons, alors j'ai déjà été plus en forme que ça, mais tsé, je suis active et dans une shape correcte, je crois.

Mais le fait est que la course, ce n'est pas un sport complet. J'ai un certain cardio et une pas pire endurance, mais ce n'est pas parfait. À chaque fois que je faisais une quelquonque activité avec d'autres gens, je me rendais bien vite compte que je n'étais pas si en forme que ça (et que je peinais à les suivre alors qu'eux, ils ne faisaient pas nécessairement une activité physique régulière).

Bref, voici ce qui m'a toujours fait défaut : du tonus musculaire. Au printemps après 3 sorties en vélo mon chum redevient soudainement tout "shapé". Ça ne m'est jamais arrivé de ma vie! J'ai eu bien beau courir près de 6 500 km depuis 2012, je vous jure que ça ne paraît pas du tout. Je n'ai même pas les mollets fermes, ni rien.

Aussi : de la force musculaire. Je crois que ça va ensemble, mais c'est quelque chose qui ne m'a jamais été donné. En tout cas j'aimerais beaucoup que ce soit une blague, mais non : ouvrir une porte juste un peu lourde, c'est souvent un défi pour moi. Et finalement, un "core" fort. Un corps tonifié. De l'équilibre et de la coordination.

 

Parenthèse sur l'importance de la diversité corporelle

Bon. C'est important de le souligner ici, mais je marche sur des oeufs en ce moment... Je ne veux vraiment pas être une autre "personne mince qui fait ressortir ses défauts tout en faisant sentir les autres mal". Je suis très consciente du fait que je possède le "privilège de la minceur," que je n'ai jamais subi de discrimination à cause de mon poids ou de mon apparence corporelle... Et je suis très sensible à ça. Ici comme dans ma vie ou dans mes articles sur Look du jour, je vais toujours promouvoir la diversité corporelle jusqu'à la mort. Je me suis demandé si j'avais même le droit de parler de ça, parce que je sais très bien que ce n'est pas nécessairement un autre modèle ou une histoire de personne pas-en-surpoids dont les gens ont besoin. Bref, je veux juste répéter que peu importe le corps qu'on a, c'est correct. Et qu'il faut essayer fort, fort, fort de s'aimer comme on est, c'est tout!

A post shared by KELSEY WELLS (@kelseywells) on

Mais j'ajouterais simplement ceci :

  • Ce n'est pas parce qu'on a un poids santé qu'on correspond nécessairement aux standards de beauté actuels de notre société. (Je suis loin d'avoir un thigh gap les amis. Pas que je trouve ça important, c'est juste un exemple...)
  • Je sais que certaines personnes trouvent que la diversité corporelle ne devrait pas inclure des personnes comme moi, qui n'ont pas nécessairement vécu de jugement ou de difficultés à cause de leur apparence corporelle. Et d'un côté je sais que c'est vraiment important de leur laisser la place qui leur revient, la place qu'elles commencent enfin à avoir et qui est loin d'être assez grande. (J'ADORE l'initiative de mon amie Julie Philippon en ce moment, à chaque jour j'applaudis les histoires, allez voir ça!) Mais si je peux oser me permettre sans "thinsplaining" (je pense que je viens d'inventer ce terme), la diversité ça pourrait peut-être aussi inclure tous les types de corps? Parce que même si je n'ai jamais été en surpoids de ma vie, j'étais loin de trouver que je fittais quand j'étais ado ou jeune adulte. Je ne voyais pas de personnes faites comme moi, pas de modèles qui me correspondaient et je pense que j'aurais aimé en avoir.
  • Peu importe d'ou on part, c'est toujours possible de faire un bout et d'aller un peu plus loin avec le corps qu'on a, si on en a envie. C'est possible de le faire pour les bonnes raisons, non?...

A post shared by Marie-Ève Laforte (@marieevel) on

Pour conclure cette longue parenthèse, ça faisait plusieurs années que je disais à mon chum que j'aimerais être plus forte, plus ferme, plus "kickass". Et qu'il me répondait que si c'était vraiment ce que je voulais, la course ne suffisait pas, qu'il faudrait que je fasse autre chose en plus. Mais comme je trouvais que ça me prenait déjà assez de temps comme ça, je roulais des yeux et je ne faisais rien.

Puis, je suis tombée sur cette photo sur mes réseaux sociaux.

A post shared by KELSEY WELLS (@kelseywells) on

Et il ne manque pas d'histoires de transformations inspirantes, mais je ne sais pas pourquoi, celle-ci m'a rejoint. Je trouvais entre autres que c'était une bonne preuve que ce n'est pas le chiffre sur la balance qui est important.

J'ai donc commencé à suivre cette fille sur Instagram et je me suis alors informée sur ce genre de méthode (il y en a plusieurs, par exemple celle de Kayla Itsines), qui sont toutes assez similaires dans le fond. On le fait à la maison, avec un équipement minimal. Ça s'intègre bien dans la vie quotidienne, avec ce qu'on a (par exemple des boîtes de conserve plutôt que des poids), sans avoir besoin de beaucoup de place, à l'intérieur ou à l'extérieur, avec les enfants ou le chien autour. Ce sont des entrainement très intenses, mais courts. (Relativement courts*). Et ça marche parce que c'est complet : un peu de cardio, des entraînements anaérobiques à intervalles, de la pliométrie, des exercices de souplesse, des exercices latéraux, etc..

J'ai donc choisi le programme BodyBoss. Pourquoi celui-là plutôt qu'un autre? J'ai vu une pub sur Facebook et je me suis décidée. J'en suis maintenant à ma 4e semaine. Voici donc comment ça marche.

 

La méthode BodyBoss

DSC06570.jpg

On peut soit acheter seulement le guide en ligne (pour 69 $) ou encore avoir aussi le guide papier pour 20 $ de plus. J'ai acheté aussi le guide papier et je suis bien contente de l'avoir fait; je trouve ça beaucoup plus facile de suivre ainsi. Mais j'aime bien regarder le guide en ligne avant mon entraînement, parce qu'il y des GIF des mouvements à faire pour chaque exercice (ce n'est pas toujours si évident que ça de comprendre exactement ce qu'on doit faire, en tout cas pour moi).

Un programme dure 12 semaines, avec des entraînements différents chaque semaine. Le but est de ne pas laisser son corps s'habituer et de toujours le pousser un peu plus.

Il y a également un "pré-programme" qui dure 4 semaines et qui est conseillé à celles qui viennent d'avoir un bébé, qui ne sont pas en forme, qui ont du poids à perdre, etc. J'ai décidé de ne pas le faire (un des critères pour le sauter était de pouvoir courir au moins 5 km, ce que je fais sans problème)... Mais je l'ai beaucoup regretté. Je pense donc fortement que (pratiquement) tout le monde devrait le faire! N'importe quelle préparation à cette intensité serait bienvenue.

Après 12 (ou 16, si on inclut le pré-programme) semaines, on recommence au début. Ce n'est donc évidemment pas un programme de 3 mois puis c'est fini, c'est un mode de vie. D'après ce que je vois des femmes qui le font, plus elles y mettent du temps et de la constance, plus leur corps se transforme, petit à petit.

 

Comment ça marche?

Les semaines sont divisées en 5 jours, avec une activité à faire à chaque jour, comme ceci :

Lundi : Gros entraînement d'intervalles pour le bas du corps

Mardi : Récupération -donc marche rapide, yoga, pilates, etc. (20 min.)

Mercredi : Gros entraînement à intervalles pour le haut du corps

Jeudi : cardio -course, nage, vélo, etc. (30 min.)

Vendredi : Petit entraînement pour tout le corps

 

Comme je continue à courir, même si j'ai diminué la fréquence et mon kilométrage un peu, ma semaine ressemble plutôt à ceci :

Dimanche : Longue course (10 à 12 km, donc 1 heure 5 à 1 heure 20)

Lundi : Gros entraînement d'intervalles pour le bas du corps

Mardi : Course (40 minutes)

Mercredi : Gros entraînement à intervalles pour le haut du corps

Jeudi : Course (40 minutes)

Vendredi : Petit entraînement pour tout le corps + strides (course de quelques minutes très intense, avec quelques intervalles les plus rapides possibles)

 

La durée

Ce qui m'avait d'abord séduit dans cette méthode, c'était que c'était court. Selon la publicité, 24 minutes seulement!

*En fait, ce n'est pas vrai. Je ne comprends même pas comment ils arrivent à ce chiffre!

Les "gros entraînements" sont, à la base, 3 intervalles qui durent chacun 7 minutes (avec 3 minutes de pause entre chaque). Donc 21 minutes. Pour donner 24 minutes, ce serait donc les 3 intervalles plus 1 pause? Mais comme il y en a 2 ça a plus ou moins de sens...?

Mais ce n'est pas tout. Il y a aussi 4 minutes de cardio + 6 minutes d'étirements au début (Warm-Up), puis la même chose à la fin (Cool Down). Ce qui ajoute donc 20 minutes.

L'affaire, c'est que ça ne me prend jamais le temps prescrit. Pour les quelques minutes de cardio, c'est toujours un peu plus long. Parfois je vais courir autour du bloc, parfois je fais de la machine elliptique, parfois je pars faire un petit tour de vélo, parfois je monte et je descends les escaliers, parfois je fais un peu de corde à danser... Le point est que les transitions entre tout ça prennent du temps. Les étirements me prennent plutôt 7 minutes que 6 et pendant les 3 premières semaines, les entraînements me prenaient souvent entre 8 et 9 minutes chacun (au lieu de 7 comme ce serait supposé). Mais c'est vrai que le corps s'habitue, alors je tends à améliorer mon temps maintenant.

Tout ça mis bout à bout, ça donne beaucoup plus que 24 minutes, on s'entend. Ça me prend donc un peu moins d'une heure et au début ça pouvait me prendre jusqu'à 1 heure 10. Ce n'est pas grave parce que ça vaut la peine, mais c'est mieux de s'y attendre.

Les "petits entraînements", eux, combinent le Warm-Up et le Cool Down avec 6 minutes d'exercices qui sont supposément "explosifs". (Ça donne donc 26 minutes en théorie). Mais même si c'est intense sur le moment, je trouve ça un peu court. Je ne me sens pas aussi bien quand c'est fini. Ça me semble bizarre l'écart entre les deux!

 

Les exercices

Quel est le genre d'exercices? Ça varie tout le temps, mais c'est en plein le genre de trucs à répétition qui me faisaient tellement détester l'éducation physique au secondaire! 😂 Des push-ups, des squats, des lunges, la planche, des sauts, des levers de petits poids, avec des tonnes de variations (il y a plus de 60 exercices différents). Ça me fait drôle de penser que finalement, le mieux pour se mettre en forme, ça reste ces exercices tellement de base que j'ai snobé pendant des années.

Chaque intervalle comporte 7 exercices, c'est donc conçu pour passer autour 1 minute sur chacun. Je ne suis pas rendue là encore mais plus tard dans le programme, c'est plutôt 8 exercices, 8 minutes par intervalle.

Parfois les enfants m'accompagnent pour un intervalle (surtout ma fille qui adore ça; mon fils le fait toujours un peu à reculons). J'aime ça, ça rend le tout plus dynamique!

Il y a des exercices que je ne suis tout simplement pas capable de faire... Comme des redressements assis par exemple. J'ai l'impression que ça me déchire par en-dedans. Alors je fais des versions un peu modifiées de ceux-ci, même si je sais que ça donne sûrement moins de résultats au final. Je constate encore une fois à quel point je suis peu athlétique naturellement mais bon... Je fais mon possible!

 

L'intensité

C'est dur. Non, c'est DUR. Vraiment dur. Certains exercices ne sont pas si mal, mais d'autres me tuent complètement -il y a en a toujours environ 2 par intervalle (sur 7). Souvent ça a l'air super facile sur papier (genre aller toucher ses chevilles à tour de rôle alors qu'on est étendue sur un tapis), mais en fait c'est loin de l'être.

Au moins, c'est court! C'est dur sur le coup, mais ça passe vite, c'est ce que j'aime.

La première semaine était L'ENFER. J'étais à l'agonie, tellement endolorie par le fait de découvrir des dizaines de nouveaux muscles et d'avoir continué la course que je n'ai plus été capable de marcher pendant 3 jours. J'avais mal PARTOUT. Me lever était un calvaire, m'asseoir était un calvaire, me pencher était un calvaire, me coucher était un calvaire.

Mais... ça a passé. Après 4 semaines, je me sens bien, déjà un peu plus forte, je sens que mes muscles se développent. Je retrouve le feeling "d'épuisement agréable" que j'ai perdu depuis que j'ai arrêté de courir de longues distances. Tsé quand tu es fatiguée, mais que ça fait du bien?

Est-ce que je vois une différence déjà? Ben, je pense que oui, un tout petit peu. Mais je sais que c'est quelque chose à long terme et je ne m'attends à rien d'aussi spectaculaire que Kelsey, justement parce que mon corps n'a vraiment pas tendance à se muscler facilement. Je sens qu'il va avoir tendance à résister autant qu'il peut à ce genre de bootcamp auquel je le soumets.

 

Avez-vous déjà suivi ce genre de programme?

 

Note : Je pense que c'est évident, mais disons que ça ne le serait pas... BodyBoss ne commandite absolument pas ce billet et j'ai payé pour le programme. Simplement quelques personnes autour de moi m'ont demandé comment ça allait et j'avais envie d'en parler; je me disais que ça pourrait en intéresser certaines!

Les trucs = tahini maison

Les trucs = tahini maison

Muffins sans gluten aux framboises

Muffins sans gluten aux framboises

0