Allo.

Bienvenue! Ici on parle surtout de bouffe, de style, de la vie à la maison... J'espère que vous vous plairez!

La trame sonore (moments d'une vie) : été 1992

La trame sonore (moments d'une vie) : été 1992

Ma première vraie job à temps plein à vie, c'est maintenant que ça se passe. Je travaille dans la cuisine d'un camp de vacances situé dans le Parc Algonquin, en Ontario. Je n'ai pas choisi l'endroit mais je ne suis pas tombée sur le pire non plus. Entres autres enfants de millionaires suisses, britanniques ou mexicains qui passent leur année dans des pensionnats prestigieux puis tout leur été là, d'enfants qui arrivent avec leur chevaux et leurs gardes du corps, je croise par exemple là-bas un certain Justin, qui vous dira peut-être vaguement quelque chose.

J'ai 17 ans et je suis la plus jeune dans la cuisine, par ailleurs entièrement staffée de québécois. C'est une expérience vraiment particulière, très formatrice, de laquelle je me rappellerai toute ma vie. Je travaille 6 jours par semaine, de 6:00 AM à 7:00 PM. Nous sommes 6 pour préparer toute la nourriture de plusieurs centaines de campeurs, tous les jours.

Le camp pour les filles, Wapomeo, se trouve sur une île en plein milieu du fameux Canoe Lake, qui, je l'apprendrai plus tard, est un espèce d'endroit mythique pour le Canada anglais (à cause entre autres de la fin tragique et mystérieuse du grand peintre Tom Thompson). Le canot et la pagaie sont littéralement le seul moyen de se déplacer. À part dans la cuisine et la salle à manger attenante, il n'y a pas d'électricité sur l'île.

Nous sommes donc en autarcie totale; une barge apporte une commande de nourriture à tous les dix jours à peu près. C'est une très belle leçon de planification serrée et efficace : il doit rester assez de nourriture, rien ne doit se perdre, il ne doit pas y avoir trop d'extra. À tous les jours, nous faisons de la petite magie.

Je suis au bas de l'échelle : "kitchen helper," une sorte de dernière assistante qui donne un coup de main partout ou c'est nécessaire. Mine de rien, j'apprends TOUTES les bases de la cuisine dont je me sers encore aujourd'hui : faire du pain, faire des gâteaux et les glaçer, faire des fonds et des sauces, apprêter de nombreuses coupes de viande, adapter pour d'énormes quantités, transformer des ingrédients pour leur donner une 2e vie, maîtriser des techniques quand même élaborées comme la pâte à chou, décorer avec des aliments, préparer des banquets...

Je passe énormément de temps à effectuer des tâches répétitives : peler des tonnes de légumes, faire du jus dans des grosses poubelles en plastique (propres, on s'entend), garnir 125 pizzas à la chaine, trancher 40 melons d'eau à la fois. J'ai donc beaucoup de temps pour penser... Et je réfléchis aux 3 dernières années de ma vie, qui ont été vraiment difficiles, pour ne pas dire complètement chaotiques. Je pense au divorce de mes parents, à la maladie de mon père, à toute cette dysfonction qui s'est soudainement mise en place autour de nous, mes soeurs et moi. Pour la première fois depuis des années, je commence à respirer un peu, à me sentir mieux par rapport à tout ça. Je réalise que m'éloigner de mon milieu pour un été était une bonne idée ; ça me permet de prendre du recul, de verser beaucoup de larmes bénéfiques dans mon sac de couchage le soir et de voir venir la suite de ma vie. À l'automne, je vais rentrer au CEGEP; cet été est donc vraiment une transition dans plusieurs sens.

Dans la cuisine, ce sont deux gars plus vieux, des étudiants de l'ITHQ, qui font pas mal la loi. Ils ont le look "cheveux longs et tatoos" qui tranche un peu avec l'époque (le grunge, ça va vraiment arriver juste un peu plus tard) et surtout avec ce camp de riches ou le style "Preppy Canadian" est roi. Ils contrôlent la plupart du temps le vieux radio-cassette, et ils écoutent du English Beat à longueur de journée. Je n'imagine pas du tout qu'entendre par hasard ce band Northern-England-Cockney-Ska-séparé-depuis-1983 tellement d'années plus tard ferait déferler tous ces souvenirs. Qu'une fois la quarantaine bien entamée, je réaliserais tout à coup que c'est là finalement que j'ai vécu mon coming of age.

 

Gnocchis de patate douce

Gnocchis de patate douce

Les trucs = potage à la courge

Les trucs = potage à la courge

0